Négociations sur le temps de travail : se doter d’outils pour en assurer la mesure est un préalable !

Après trois réunions de travail sur ce thème, des pistes semblent se dessiner côté direction. Celle-ci envisagerait plusieurs régimes : un horaire collectif tel qu’il existe aujourd’hui pour des fonctions comme le Support ; des horaires de travail variables et individualisés pour une grande partie des salariés et comprenant des plages fixes ; des horaires en forfaits heures sur l’année pour des fonctions telles que PSO et un système de forfait en jours pour les commerciaux I.3.1 et l’ensemble des salariés I.3.2 et plus. Ce ne sont pour l’instant que des hypothèses de travail sur lesquelles les organisations syndicales d’Axway seront attentives et prudentes. Viennent se greffer autour de ces thématiques, entre autres, les questions du temps de repos, du temps de pause, des UEA (une originalité héritée de Sopra !), les horaires pratiqués chez les clients, les horaires de nuit, les astreintes, le travail du dimanche, les horaires décalés, le télétravail, le droit à la déconnexion.

Enfin, la direction nous a indiqué réfléchir à la mise en place d’un support 24h/7j. La chose a été tentée il y a quelques années, sans succès et pour cause : les indemnités compensatrices proposées avaient été jugées par les salariés tout simplement scandaleuses !

Pour la CGT d’Axway, cette négociation sur le temps de travail ne doit pas être l’occasion, pour la direction, de revenir sur les 35 heures pas plus que d’imposer une annualisation. Pour l’Intersyndicale CGT-CFDT-CFTC, le temps de travail doit pouvoir se mesurer à l’aide d’outils fiables et transparents dont Axway devra se doter.

Cet article est issu du Mini Coquelicot d’août 2014.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *